Articles, Non classé

Cauchemar d’un jour d’hiver

cauchemar-jour-dhiver-2

Ce matin je me suis levé, et ouah, j’ai trouvé la couleur du ciel magique, tellement inspirante. Et là je me suis dit “ouah, je suis super connecté, super à l’écoute, super curieux et je réenchante mon quotidien”.

Et puis j’ai marché pour profiter de l’instant, de mon instant dans mon monde auquel j’accède avec mon humilité en toute simplicité.

Et là j’arrive au bureau. Je retiens la porte de l’ascenseur pour un inconnu. A ce moment-là, je me dis à moi-même : “Je suis super empathique. Et, en toute humilité dans la simplicité, je suis hyper bienveillant.” Une pensée fulgurante m’envahit alors : “Je suis humain et j’aime l’humain”.

cauchemar-jour-dhiver-1

Arrivé au bureau, je partage mon expérience avec mon associée. Et je vois dans ces yeux une sorte d’admiration, comme si elle voulait sanctuariser cet espace relationnel, tellement associatif et hyper-empathique.

Elle me dit, complètement partageante et reconnaissante : “Tu donnes du sens à ta passion pour l’autre, tu donnes tellement à l’autre, tu irradies d’altruisme. Et tout ça dans un ascenseur.”

Et là je vois un sourire sur son visage. Elle rayonne. Et là j’ai su que j’avais raison, que j’étais dans le vrai, dans mon vrai.

2000px-No_Facebook

Mon associée me dit alors : “Tu es hyper passionné par le partage. Diffuse cette expérience de l’ascenseur pour en faire partager le plus grand nombre. Sois disruptif dans la simplicité. C’est une expérience amazing. Sois un influenceur. Il y a tellement de contenu, de profondeur, de hauteur dans cet ascenseur. On est totalement dans l’expérimentation différenciante et diffusante. Tu es far from l’ubérisation de l’expérience.”

Et là, je me suis réveillé, et, rassuré, me suis aperçu que ce n’était qu’un cauchemar et que j’avais retrouvé mon associée, la vraie.

Note de l’auteur : Cette expérience rédactionnelle comporte des risques. Cela peut nuire à la santé. Ne pas reproduire.

Stéphane Lhermie.

Laisser un commentaire