Articles, Collectif

C’est quoi le charisme ?

5446696316_bb3faafa12_b

 

La définition en est : « grand prestige, pouvoir de séduction, ascendance qu’une
personne exerce sur un public ».

Admettons. Mais la définition ne dit rien de ce que la personne dont émane ce
charisme veut pour l’autre, ou veut de l’autre.

Prestige, pouvoir, ascendance : nous entrons en zone de risque, relationnel en tout cas.
Une définition qui s’inscrit assez bien dans notre culture française marquée,
notamment mais pas seulement, par l’image, la représentation, le pouvoir par le statut
et le savoir.

Qu’en est-il de la construction de la relation à l’autre, qui s’illustre de manière
concrète par le comportement dans cette relation ? Pas grand-chose… C’est un peu
comme cette remarque que l’on peut entendre : « Il, ou elle, est brillant(e) ».
Certainement. Mais qu’en est-il de son influence sur l’autre ? Sur son environnement ?

Nous associons un peu rapidement le charisme au pouvoir, sans se questionner si ce
pouvoir exerce une valeur de contribution positive, ou participe à l’encouragement, au
développement de l’individu ou du groupe, d’un point de vue humain.

Le relationnel n’a pas forcément la côte face au rationnel : le chiffre, le résultat, le
savoir.

4766491568_4d4a9498c8_b

Une acceptation potentiellement toxique du profil charismatique semble donc
s’inscrire dans une considération rationnelle de la performance, mais aussi dans une
certaine culture d’obéissance. Elle ne remet pas en question le symbole de l’autorité,
ou la menace que représente le profil toxique, manager ou collaborateur.

Elle omet pourtant la dimension destructrice de ce comportement toxique, sur
l’humain et sa propre capacité à exprimer et développer ses talents et potentiels, en
performance.

L’encouragement de l’individu à développer un sens de l’amélioration, à mobiliser ses
ressources, à avoir envie de contribuer et de dépasser les difficultés ne serait donc pas
un élément du développement de la performance de l’organisation ? Bien entendu, un
grand nombre de managers et d’entreprises investissent dans le développement
humain : une forme de performance relationnelle.

Mais le monde professionnel reste encore trop tolérant avec les comportements
toxiques, sous couvert de la capacité de certains à produire de la performance
rationnelle
, ou de représenter un statut, une image de pouvoir : la puissance en fait.

Nous pouvons aussi l’observer dans les métiers d’accompagnement, professionnel ou
personnel, où, sans y associer aucune performance, l’individu accompagnant peut
mettre au premier rang de ses motivations le besoin de valorisation, de pouvoir « sur »
plutôt que « pour », voire de manipulation.

Un mot n’est pas suffisant pour en exprimer le sens. Il se resitue dans une culture
collective pour en comprendre la façon dont il est utilisé, et les réalités qu’il
représente.

8742707669_49ffbc0673_b

Il me semble important d’être attentifs à l’utilisation de ces mots : ceux positivement
admis et associés à des comportements toxiques participent à les assimiler, à les faire
admettre, les faire accepter.

La relation, au-delà de convictions et d’engagements, peut aussi de manière
pragmatique se révéler un élément de performance. Faut-il pour cela accepter de
dépasser certains référents encombrants, et peu charismatiques.

Stéphane Lhermie.

Laisser un commentaire