Articles, Collectif, Individuel

Valeurs personnelles et valeurs professionnelles : entre combat et compromis

 

Dans une société en transformation, l’individu a d’autant plus besoin d’un cadre individuel de référence que la structure collective est remise en question, voire est en dissolution. Ce cadre permet de se situer, de se repérer.

Cette transformation peut être positive, si elle s’accompagne de propositions nouvelles, de perspectives, de projets, d’ambitions pour l’avenir.

Mais ce mouvement peut aussi se révéler déstabilisant s’il ne se résume qu’à la destruction d’un cadre ou d’une structure, sans valeur de remplacement. C’est alors le risque d’un chaos où, par excès du vide, la réponse apportée serait un autre excès : un système arbitraire et celui de la règle absolue.

Pour être légitime, un ensemble de valeurs ne doit-il pas davantage permettre de construire et d’avancer, ensemble et de manière éthique ?
Red Boxing Gloves Hanging on Wall

Quel recours avons-nous face à ce flou collectif ? Pourquoi pas le réinvestissement d’un système individuel : un socle solide, connu, peut être aussi à construire parfois. Des bases pour avancer de manière responsabilisante et autonome, pour ceux qui le peuvent, qui savent, ou qui peuvent apprendre à savoir.

Comment ces valeurs personnelles et individuelles peuvent-elles s’ancrer dans l’univers professionnel? L’univers personnel est davantage choisi : dans ses codes, ses relations, ses décisions, dans leur impact et leur partage avec les autres membres du groupe personnel. Alors que l’univers professionnel répond à davantage de contraintes et de nécessités.

Il semblerait que ce dernier impose une relation à un univers plus vaste, plus diversifié, marqué par une notion de nécessité. Cela passe par l’adaptation au marché, aux interactions internes / externes, aux contraintes techniques, structurelles, aux réalités, aux évolutions, aux incidences parfois plus complexes et d’amplitude plus élevée.

Y-a-t-il alors une place pour partager des valeurs dans l’univers professionnel ? Oui, pour ceux qui y accordent une attention et s’y investissent. Mais en s’adaptant, peut-être, à ces contraintes plus fortes de l’univers professionnel. Il s’agit de nuancer, pour collaborer, s’intégrer, et accepter aussi bien la limite du système de l’autre que de son propre système.

Le sujet n’est pas la lutte de « mon » système contre celui de l’autre, mais de trouver le point de rencontre pour fonctionner ensemble, sans forcément « tout » partager.

integrity

Il peut s’agir de considérer son système de valeurs personnelles comme un outil de progrès, plus que comme un élément de blocage. Ce serait l’exercice d’un contrôle, qui, à l’excès, peut se révéler aussi arbitraire que l’absence de valeurs.

Comme sur un certain nombre de sujets, et dans cet univers en mouvement, il semble important de définir l’essentiel. Imposer ou exprimer le « tout » peut créer le risque de se retrouver seul face à ses valeurs. Renoncer parfois à une partie sans se renier, permet aussi d’avancer avec la réalité de l’autre et de son environnement.

Stéphane Lhermie

Laisser un commentaire